Habitat participatif : un projet innovant à Montpellier

Habitat participatif :  un projet innovant à Montpellier

Un logement conforme à ses besoins et à ses moyens, respectueux de l’environnement. Un projet de vie avec des voisins fondé sur la solidarité, le partage et la convivialité… C’est MasCobado, le rêve d’un groupe d’habitants de Montpellier qui se concrétise après deux ans d’intense préparation. Le projet exemplaire pourrait faire des petits à l’heure où l’habitat participatif se dote d’un cadre juridique.

C’est dans le quartier des Grisettes à l’ouest de Montpellier, « laboratoire urbain » de la ville, que la première pierre de MasCobado a été posée en novembre dernier. Dans quelques mois, 23 foyers pourront emménager dans un logement qu’ils ont eux-mêmes conçu et profiter de leur nouvelle vie, entourés de voisins qu’ils ont choisis !
Ce choix d’habiter autrement  motive la plupart des projets d’habitat participatif, fondés sur l’implication des habitants dans la conception et la gestion de leurs logements. Si le modèle est bien développé dans les pays nordiques européens, comme le Danemark, la Suède, aux Pays-Bas et en Allemagne, en France il semble moins vigoureux. En 2013, on recensait tout de même 400 projets ou initiatives dont MasCobado, un exemple particulièrement prometteur.

MasCobado, késaco ?

Axé sur un voisinage convivial, solidaire, rassurant et mixte, il porte sur un ensemble de 23 logements (de 30 à 110 m2) répartis dans deux petits bâtiments de qualité environnementale, de conception bioclimatique et économes en énergie. Les logements ont été pensés sur mesure pour les futurs occupants. Des espaces collectifs (salle conviviale, chambres d’amis, buanderie, potager, etc.) permettent de partager des espaces et de mutualiser les charges tout en favorisant les relations entre habitants.

Les habitants ont élaboré ce projet comme une réponse à l’individualisme et à la solitude. Jeunes foyers, retraités et solos y trouvent une alternative constructive pour habiter mieux.

nadineMasCobado

Nadine, future et heureuse propriétaire

C’est le cas de Nadine, future occupante du plus petit appartement du programme ! Travailleuse sociale, proche de la retraite, elle vit seule et n’a ni le besoin ni les moyens d’occuper un grand logement.
Elle étudie les différentes possibilités avec les architectes de l’agence Architecture & Environnement (retenue pour réaliser le projet), en fonction de son budget, de ses ressources financières et des ses envies.  » Ce sera un petit appartement de 30 m2 avec une terrasse privative de 12 m2. Il ne m’en faut pas plus. Je pourrai loger mes proches dans les chambres d’amis situées juste à côté. C’est une solution extraordinaire » se réjouit-elle.

Aucun mètre carré ne sera inutilement encombré par une machine à laver ou un congélateur. Ils seront installés dans des espaces collectifs et partagés. Des espaces communs de rangements sont également prévus, dans un même souci de rationalisation de l’espace.

Si pour Nadine la « maison du bonheur » fait 30 m2, pour ses futurs voisins elle revêt la forme d’un duplex, d’un lieu combinant espace de vie et de travail, d’un appartement traversant, etc. Aucun logement n’est semblable à un autre puisqu’il est conçu sur mesure.

Un sacré défi à relever pour les architectes aussi ! « Nous avons rencontré chaque futur habitant et travaillé individuellement sur l’intérieur de leur logement. C’est une  approche nouvelle et passionnante pour un immeuble collectif », explique Laurent Pelus, architecte DPLG HQE, cogérant de l’agence Architecture & Environnement.  Un nouveau mode de production de logement qui pourrait être amené à prendre une place significative dans le panorama urbain de Montpellier. L’architecte ne demande pas mieux : ce serait en tout cas une formidable opportunité pour la ville de promouvoir ce type d’initiative citoyenne.

 Le parcours du combattant

MasCobado ne s’est pas fait en un jour ! Concevoir son logement ne s’improvise pas. Encore moins lorsque l’on est plusieurs à se lancer dans l’aventure. Le noyau initial, le collectif « Habiter c’est choisir » par exemple, a suivi des ateliers de sensibilisation à l’architecture et à la programmation participative (dans le cadre de l’appel à projets Logement et Design pour tous lancé par le PUCA).

malleMasCobado

Une mise en scène imaginée par les futurs habitants pour retracer les moments forts de l’aventure

Les futurs habitants ont, au fil de mois, appris la complexité de la réalisation d’opérations immobilières, compris les contraintes d’un immeuble collectif et abouti à la rédaction du programme ainsi qu’à la charte commune de voisinage.

Accompagnement professionnel

« L’une des clés de la réussite de MasCobado c’est d’avoir fait appel à un conseil professionnel, Stefan Singer de Toits de Choix, spécialisé dans la conduite de projets d’habitat participatif. Cela nous a permis de nous structurer, de nous former et d’apprendre à dialoguer avec les différents acteurs concernés » reconnaît volontiers Nadine.

Les habitants ont créé des groupes de travail spécialisés, avec un comité de pilotage, renouvelé tous les 6 mois et une réunion plénière mensuelle. Et pour que personne ne soit exclu, en particulier les parents, le groupe a mis en place un système de garde d’enfants, avec une cagnotte commune pour rémunérer les ados qui s’occupent des petits.

« Mais ce qui est certain, c’est qu’il faut beaucoup donner de soi et de son temps, sinon ça ne marche pas ! »

 Innovation et diversité sociale

Grâce à un montage financier et juridique innovant avec Promologis,  entreprise sociale pour l’habitat, MasCobado est le premier projet en France à proposer une mixité de statuts d’occupation sous le même toit. Ainsi, sur  les 23 logements, 9 logements en accession libre à la propriété, 9 autres sont en location-accession (PSLA) et 5 logements sont à loyers maîtrisés.

Cette diversité des statuts d’occupation a permis de trouver une solution adaptée à chaque foyer et de réaliser l’une des grandes ambitions du projet : accueillir toutes les personnes souhaitant s’engager dans le projet collectif, notamment pour la coopération au quotidien, entre générations, avec des logements adaptés aux besoins, aux âges et moments de la vie.

Une autre manière d’envisager le logement : non pas comme un produit mais comme un projet de vie !

En chiffres, le MasCobado (au fait, ça veut dire MAiSon COopérative BAtie avec DOuceur), c’est :

– 23 foyers, 55 personnes dont 24 enfants

– Coût de l’opération : 4 234 000 € HT,  un prix moyen de 3 210 € le m2 (10 à 15 % en dessous du marché du quartier).

– 1 639 m2 dont 96 m2 d’espaces bâtis mutualisés

Ça fait rêver non ? Si vous voulez creuser le sujet et pourquoi pas vous lancer, voici une sélection de documents utiles consacrés à ce projet exemplaire :

  • Le dossier de presse Promologis sur la pose de la première pierre MasCobado (genèse du projet, programmation, acteurs, partenaires, etc.)
  • Le projet Mas Cobado, Logement Design pour tous, PUCA, l’histoire détaillée et illustrée du projet d’habitat participatif (36 p. à télécharger).
  • La loi Alur du 24 mars 2014 (article 47) qui instaure un statut juridique propre pour l’habitat participatif.

Cette reconnaissance nationale de la démarche ainsi que les nouveaux montages juridiques devraient faciliter la mise en place des projets et rassurer les partenaires institutionnels, banques et assurances en particulier.

groupeMasCobado

Les habitants réunis pour la pose de la première pierre, le 19 novembre 2014

 

Marie Fringand

Marie Fringand

Passionnée par l’écohabitat et toujours curieuse des nouvelles tendances, au service du développement durable.


Tags assigned to this article:
Habitat participatif

Articles en relation

Matériaux durables : suivez le guide

Un éco-guide des matériaux afin d’informer  ses clients sur les matériaux de construction et de rénovation. C’est la bonne idée du groupe

Air intérieur : comment le rendre plus pur

Nous passons plus de 80% de nos temps de vie dans des espaces clos et l’air que nous y respirons

ZineZoé : meubles bois design et naturels

Rien de plus malin que les meubles évolutifs ou multi-fonctions pour aménager la chambre des enfants. A condition de les choisir robustes

4 commentaires

Ecrire un commentaire
  1. christelle
    christelle 18 décembre, 2014, 18:44

    Une petite question : tous les foyers sont déjà sélectionnés ou il reste de la place ? C’est pas pour moi, mais bon…

    Reply this comment
    • Marie Fringand
      Marie Fringand Auteur 18 décembre, 2014, 19:18

      Plus de place, hélas, les voisins se sont déjà choisis. La solution : lancer un nouveau projet !

      Reply this comment
  2. Nicolas
    Nicolas 18 décembre, 2014, 19:28

    C’est un projet qui a beaucoup de séduction. Je suis intéressés de suivre les premières années de cette vie en Mas CODABO
    Bravo et merci d’avoir fait le premier pas.
    Le projet a un bel avenir.
    N*

    Reply this comment

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera pas publié
Les champs obligatoires sont marqués*