Eau de pluie : collectez, économisez !

Eau de pluie : collectez, économisez !

L’eau de pluie est facile à collecter. Alors pourquoi s’en priver ? En utilisant un système de récupération de l’eau de pluie, vous contribuez à la préservation de la ressource et vous faites des économies importantes. Du simple récupérateur installé au pied de la gouttière, en passant par les cuves enterrées et les citernes souples, les solutions de collecte de l’eau de pluie sont nombreuses, pas forcément coûteuses et vite rentabilisées.

Les avantages de l’eau de pluie

Elle est gratuite : c’est l’un des avantages qui séduit tout le monde ! Avec un prix moyen en France de 3 € par m3, et en hausse constante, les économies sont donc substantielles.

C’est une eau de qualité. Idéale pour arroser les plantes du jardin, contrairement à l’eau du réseau chargée en produits chimiques pour la rendre potable. Sans calcaire, l’eau de pluie est douce, elle nécessite environ moitié moins de détergent pour les tâches de nettoyage (vélo, cour, voiture, etc.).

Récupérer l’eau de pluie, c’est aussi  préserver les nappes phréatiques : autant d’eau qui ne sera pas prélevée. Enfin, collecter une partie de la pluie coulant sur la toiture de sa maison limite le ruissellement et réduit les risques d’inondation.

Quels usages pour l’eau de pluie

D’une manière générale, l’eau de pluie peut servir pour tous les usages qui ne nécessitent pas d’eau potable.

watering-can-342553_1280Plantes et jardin : l’eau idéale

Les eaux pluviales présentent une faible minéralisation et un pH légèrement acide (Ph de 6), ne contiennent ni chlore, ni fluor, et ça, les fleurs et les légumes apprécient. D’autant plus qu’elle est à température ambiante. Les végétaux n’en seront que plus beaux et vigoureux !

Comptez en moyenne 17 litres/m² pour arroser votre jardin. Les économies sont substantielles non ? C’est également une ressource encore plus précieuse dans les régions chaudes ou en cas de sécheresse et de restriction d’eau.

Le stock peut vite se reconstituer, même en plein été : un gros orage suffit à remplir une cuve de plusieurs milliers de litres en quelques minutes.

Nettoyer l’extérieur

Pour laver vos cour, terrasse, volets, porte du garage, vélos, poubelles, etc., oubliez l’eau du réseau et choisissez l’eau de pluie. Non calcaire, elle  ne laissera aucune trace blanche sur son passage et nécessitera quelques gouttes de détergent (écologique, évidemment) seulement.
Dans des eaux dures chargées en ions positifs, les produits nettoyants sont moins efficaces et doivent donc être mis en plus grandes quantités pour un résultat équivalent. Leur utilisation est donc plus coûteuse et entraîne une pollution des eaux plus importante.

voitureEt la voiture ? 

Parmi les usages de l’eau de pluie fréquemment cités, il y a le lavage de la voiture. Certes l’eau douce de pluie ne laissera aucune vilaine trace sur sa carrosserie, mais attention !  Selon l’article 38-7 du Code de santé publique, « tout rejet d’eaux autre que domestiques dans les égouts est soumis à autorisation et à un équipement professionnel ». C’est interdit, donc.
Parce ce que votre voiture est couverte de résidus chimiques et autres huiles et hydrocarbures qui vont se retrouver dans le sol avec l’eau de lavage et le contaminer Et vous l’ignoriez probablement comme la grande majorité de vos concitoyens…
Evitez autant que possible et choisissez plutôt de lui faire sa toilette dans des équipements professionnels qui recyclent l’eau de lavage.

A l’intérieur : un usage très réglementé

IfepFichepratique

Installation de distribution d’eau de pluie à l’intérieur d’un bâtiment, Ifep

La loi (arrêté du 21 août 2008, publié au JO, n°0201 du 29 août 2008) est claire : l’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles peut être utilisée pour :

  • des usages domestiques extérieurs au bâtiment,
  • pour l’évacuation des excrétas
  • le lavage des sols à l’intérieur des bâtiments
  • et, à titre expérimental et sous conditions, pour le lavage du linge.

Un potentiel d’économie important, surtout pour les toilettes qui consomment en moyenne 25 m³ d’eau, (potable en plus), pour un foyer de 4 personnes, mais qui demande une réelle motivation !
Pour être utilisée en intérieur, l’eau de pluie doit avoir son propre réseau de canalisation indépendant afin de ne pas se mélanger à l’eau potable.

Si vos connaissances en tuyauterie sont rudimentaires faites appel à un plombier car les règles sont strictes. Pour vous en convaincre, regardez de près cette fiche explicative publiée sur le site de l’IFEP, Institut français de l’eau de pluie.

L’idéal est d’y penser en amont de la construction, mais selon la configuration de votre résidence, l’installation peut être simple, cela vaut le coup de se pencher sur la question.

Marie Fringand

Marie Fringand

Passionnée par l’écohabitat et toujours curieuse des nouvelles tendances, au service du développement durable.


Tags assigned to this article:
eau de pluie

Articles en relation

Eau de pluie : augmentez le volume

Récupérer l’eau de pluie, une pratique ancienne plus que jamais d’actualité. Collectivités et particuliers sont nombreux à profiter de cette manne du

Pas de commentaires

Ecrire un commentaire
Pas encore de commentaires Soyez le premier à commenter ce billet !

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera pas publié
Les champs obligatoires sont marqués*