Air intérieur : chassez les polluants !

Le fond de l’air effraie… L’air que nous respirons à l’intérieur serait jusqu’à dix fois plus pollué que l’air extérieur, selon l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI). Et comme nous passons en moyenne 22 heures par jour en espace clos ou semi-clos, à la maison, au bureau, dans les commerces, les transports, les espaces de loisirs, les écoles… Il est grand temps de s’intéresser de près à l’air qu’on y respire. A commencer par celui de nos maisons. Les coupables de cette pollution intérieure ? Peintures, vernis, colles, papiers peints, revêtements de sol, meubles, etc., qui distillent à longueur d’année des composants chimiques polluants. Ils viennent s’ajouter aux acariens, moisissures et autre fumée de tabac qui mènent déjà la vie dure à nos poumons. Si le danger est avéré, il est encore trop souvent ignoré. La nouvelle étiquette santé environnementale pour les produits de construction et décoration, obligatoire depuis le 1er janvier 2012, devrait contribuer à avertir, enfin, les consommateurs sur l’impact des produits qu’ils utilisent.

Partagez-moi :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print

Vous pourriez aimez aussi...

Identifier les coupables, Cov et compères

Les Cov (Composés organiques volatiles) présents dans l’air que l’on respire à l’intérieur peuvent avoir des effets indésirables sur notre confort au quotidien : gêne,

Haro sur le formaldéhyde !

Le formaldéhyde est un composé très volatil et très dangereux. Il a été reclassé comme « cancérogène certain » par le Centre international de recherche sur le