diagnostic performance énergétique dpe

Les diagnostics d’isolation

Avant d’entreprendre une rénovation énergétique de sa maison, il peut-être utile de réaliser divers diagnostics de son isolation. Voici les trois diagnostics les plus courant.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE)

Indispensable pour louer ou vendre une maison ou un appartement, mais aussi pour connaître la performance énergétique de son logement et réduire ses consommations,  le DPE n’est pas une simple formalité, c’est un outil à surveiller de près. Mode d’emploi…

Mise à jour 8 juillet 2020

En France, les bâtiments consomment plus de 40 % de l’énergie et produisent plus de 20 % des émissions de gaz à effet de serre. Pour diviser par quatre la consommation énergétique du parc résidentiel d’ici 2050, les pouvoirs publics ont mis en place plusieurs dispositifs. Le diagnostic de performance énergétique ou DPE, obligatoire pour vendre ou louer un bien immobilier, en fait partie. Il est devenu un critère de choix d’un logement.

Qu’est-ce qu’un DPE ?

C’est un descriptif du logement et de ses équipements qui permet d’estimer la consommation annuelle d’énergie (en kWh/m2 par an) et de leurs coûts afin de mieux évaluer la facture à payer.

Sont pris en compte : le chauffage, l’eau chaude sanitaire, le refroidissement et la ventilation, ainsi que le nombre d’occupants, le climat local et l’état de l’isolation.

Deux étiquettes, énergie et climat, résument le diagnostic, avec des échelles allant de A (économe en énergie, faible émission de gaz à effet de serre ou GES) à G (énergivore et fortes émissions de GES) comme pour l’électroménager.

Il comporte également des recommandations pour améliorer le confort et diminuer la facture énergétique.

La réalisation d’audits énergétiques dans les grandes copropriétés et de DPE dans les petites et moyennes copropriétés sont obligatoires. Ainsi que l’information des futurs occupants d’un bâtiment sur sa performance énergétique et son affichage dans les annonces immobilières.

Trouver le professionnel fiable pour votre DPE

Le DPE est valable 10 ans et doit être réalisé par un diagnostiqueur DPE professionnel certifié par un organisme validé par le COFRAC (comité français de l’accréditation). Ce professionnel a un devoir d’impartialité et d’indépendance pour l’établissement des DPE et ne doit avoir aucun lien avec une entreprise intervenant sur le même bien ni avec le propriétaire ou son mandataire (agent immobilier, notaire, etc.) afin d’éviter une falsification du DPE.

La fiabilité des DPE fait polémique depuis plusieurs années. Des études menées par des associations de défense des consommateurs révèlent des approximations dans les chiffres, des erreurs de méthode et des carences préjudiciables, malgré une réforme menée en 2011 (voir l’étude de 60 Millions de consommateurs juillet-août 2014).

Prenez le temps de comparer les offres et de vérifier le niveau des compétences des diagnostiqueurs.  

Côté tarif, les prix sont libres. Il est donc utile de faire établir plusieurs devis avant de faire le choix d’un professionnel. Selon la nature du bien évalué (maison, appartement, immeuble, etc.) et sa taille, le prix d’un DPE peut être compris dans une fourchette allant de 60 à 250 €.

DPE volontaire : si vous souhaitez faire établir un DPE pour votre logement afin de mieux connaître vos consommations énergétiques,en dehors des obligations légales (location ou vente du logement),  les dépenses engagées pour ce diagnostic de performance énergétique volontaire ouvrent droit à un crédit d’impôt de 15 %.

Des DPE plus exigeants à partir de 2021 

La loi Elan de 2018 et la loi Energie-Climat de 2019 apportent d’importantes  modifications :

  • il sera opposable : l’acheteur ou le locataire pourra obtenir réparation en cas de manquement, de faute ou d’erreur dans le DPE
  • il devra être plus précis : qualité des matériaux, nature et épaisseur des isolants,  mode de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire, qualité thermique des vitrages
  • les travaux suggérés pour améliorer la performance thermique du logement seront  mis en avant
  • obligation de réaliser un audit énergétique pour les logements d’avant 1948 ou des passoires thermiques (en 2022)
  • il ajoute les usages énergétiques de l’étanchéité et de la ventilation, aux trois autres usages (chauffage, eau chaude sanitaire, refroidissement).
  • il inclura aussi la dimension « confort d’été » du logement, la production d’énergie renouvelable et le montant des dépenses énergétiques théoriques annuelles.
  • à partir de 2028, les propriétaires de passoires thermiques seront obligés de réaliser des travaux pour atteindre au moins la classe E,(consommation inférieure à 330 kWh/m²/an). Enfin, le nouveau DPE devrait intégrer deux nouveaux usages que sont la ventilation et l’éclairage, ainsi que la capacité du bâtiment à réagir aux épisodes de fortes chaleurs. Un indicateur qui pourrait s’avérer utile alors que le dérèglement climatique est déjà en cours.

Pour aller plus loin, l’audit énergétique : si vous comptez entreprendre des travaux de rénovation énergétique d’envergure, ne vous fiez pas au seul DPE. Un audit énergétique sera plus précis et complet pour vous  aider à établir précisément les solutions et à chiffrer les travaux.

Le diagnostic d’étanchéité à l’air

Une bonne isolation requiert de traquer les échanges d’air non volontaires entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. Le diagnostic d’étanchéité à l’air est fait pour ça…

Le test d’infiltrométrie, dit également test d’étanchéité à l’air ou test Blower-door vise à mesurer les échanges d’air d’un bâtiment avec l’extérieur, et donc de localiser précisément les éventuelles fuites d’air, qui peuvent nuire à sa bonne isolation. Ce test est obligatoire pour les logements répondant au label BBC-Effinergie.

Pour réaliser le test, la porte d’entrée est équipée d’une bâche étanche à l’air contenant un espace pour insérer un ventilateur qui va pulser de l’air vers l’intérieur. Au préalable, il est nécessaire d’obturer toutes les entrées et sorties volontaires comme les bouches de ventilation, cheminée, etc. Le test consiste donc à créer une surpression ou une dépression (selon la technique choisie) dans l’habitation et de mesurer les éventuelles déperditions. Pour cela, plusieurs méthodes sont possibles :

  • Analyse des courants de chaleur ou de froid par une caméra infrarouge
  • Analyse du déplacement de l’air à l’aide d’un anémomètre
  • Analyse visuelle des courants d’air à l’aide d’une fumée créer artificiellement

Les principales sources de fuite d’une habitation sont les liaisons façades et planchers, les liaisons murs et toiture, les installations électriques et les menuiseries extérieures.

Le coût du diagnostic est compris entre 400 et 1000 € en fonction de multiples critères tels que la surface de l’habitation, le moment de réalisation (en cours ou en fin de travaux), etc.

Le diagnostic thermographique

Le diagnostic thermographique permet à l’aide d’une caméra infrarouge de révéler les pertes de chaleur d’une habitation et apporter la preuve par l’image !

Le diagnostic thermographique consiste à utiliser une caméra thermique infrarouge qui va déceler précisément les déperditions de chaleur d’une habitation. Il peut être réalisé à l’échelle d’une ville ou d’un quartier, par des images prises depuis les airs, ou pour un bâtiment spécifique. La caméra permet d’identifier précisément les parties froides ou chaudes des parois en fonction des couleurs visibles sur les images, aussi bien depuis l’extérieur qu’à l’intérieur de la maison.

Cette technique très efficace peut être utilisée en rénovation afin de déceler les points faibles de l’isolation ou pour s’assurer de la bonne réalisation et la qualité d’une construction neuve.

La meilleure période pour réaliser ce diagnostic se situe entre les mois d’octobre et d’avril. En effet, il est important que la différence de température entre l’intérieur de la maison et l’extérieur soit d’au moins 10°, afin que les déperditions de chaleur soient bien visibles. En outre, la caméra thermique est capable de révéler la présence d’humidité dans un mur, un plafond, etc.

Le coût d’un tel diagnostic varie en fonction de la surface et de la configuration de l’habitation. Comptez entre 300 et 500 € pour une maison de 120 m2. Pour ce tarif, le diagnostiqueur doit vous fournir un rapport détaillé permettant d’entreprendre les travaux nécessaires le cas échéant.

Partagez-moi :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur print

Vous pourriez aimez aussi...

La balle de riz, l’isolant économique

Matériau naturel, la balle de riz est l’isolant écologique qui gagne à être connu. Appréciée pour ses qualités isolantes remarquables et son prix mini, l’enveloppe du petit

Construire local et naturel c’est possible

Utiliser les matériaux du territoire, paille, chanvre, bois, pierre, terre et autres sous-produits agricoles  pour construire et rénover son logement, le concept se (re)développe aux quatre coins de

La paille, un mode constructif d’avenir

La paille prend son envol. Elle quitte le cercle restreint des auto-constructeurs écolos et s’affirme comme un mode constructif particulièrement performant, économique et innovant. Le