Construire local et naturel c’est possible

Construire local et naturel c’est possible

Utiliser les matériaux du territoire, paille, chanvre, bois, pierre, terre et autres sous-produits agricoles  pour construire et rénover son logement, le concept se (re)développe aux quatre coins de la France. Trop souvent méconnus, les matériaux naturels offrent  une alternative formidable au parpaings, béton et  aux produits d’isolation conventionnels comme les laines minérales et les isolants synthétiques. Généralement disponibles en circuits courts, sans intermédiaires, ces matériaux naturels permettent aux utilisateurs de réaliser des économies tout soutenant les producteurs locaux. Démonstration du Nord au Sud.

Du chanvre pour isoler

Dans la campagne de Vallérargues, petit village du Gard, sous un beau soleil de juin,  les producteurs du Gard ne sont pas mécontents. Ils viennent de tester une nouvelle machine spécialement conçue pour transformer leur production de chanvre en matériau naturellement isolant pour nos maisons. Et les résultats sont encourageants.

lainechanvre2

Laine de chanvre bio du Gard

Abritée sous un immense hangar, la machine avale la paille de chanvre et la sépare en deux produits principaux :

  • la fibre ou laine, excellent isolant, à souffler en vrac pour isoler les combles perdus par exemple ou en isolation sous rampants pour les combles aménagées.
  • Cardée et conditionnée en rouleaux elle est souvent utilisée pour l’isolation verticale des murs
  • la moelle, partie intérieure rigide de la tige,  appelée chènevotte.

C’est un produit idéal pour les mises en oeuvre de béton ou d’enduits de chanvre pour les de dalles de sol ou d’étage (isolation phonique et thermique), l’isolation par l’extérieur.

 

chenevotteVincent

Vincent Bouet, chanvrier, vérifie la qualité de la chènevotte

Réunis au sein de l’association Chanvre Gardois,  les producteurs à l’initiative de la création de cette filière locale, souhaitent accueillir l’ensemble des acteurs de la filière, depuis le producteur jusqu’à l’utilisateur de chanvre.
Laine de chanvre et chènevottes seront ainsi commercialisées en direct par les agriculteurs, sous la marque Chanvre Gardois.

Dans le chanvre (comme dans le cochon…) tout est bon !

– la graine, ou chènevis, pour l’oisellerie, la fabrication d’huile alimentaire ou d’imprégnation en traitement des bois,

– la poussière de chanvre comme absorbant pour toilettes sèches, litière animale  ou complément organique,

– la poussière compressée pour les bûchettes combustibles  (source : Poitou Chanvre)

Riz, épeautre… C’est de la balle

Les bales (ou balles), c’est-à-dire les enveloppes des céréales telles que le riz, l’épeautre, le sarrasin, l’orge, le millet, etc. sont de plus fréquemment utilisées comme isolants naturels et super efficaces. De déchets de production ils deviennent des matériaux hautement isolants, ignifuges et imputrescibles qui assurent un confort thermique et phonique  tout au long de l’année.

En Camargue et dans la Drôme par exemple, producteurs, étudiants et chercheurs mènent depuis plusieurs années des études et expérimentations sur les produits et leur mise en œuvre.

epeautre

La bale de petit épeautre Archibale dans la Drôme

La bale peut être utilisée en vrac, pour l’isolation sous couverture, des planchers entre solives ou combles perdus, en isolation intérieure des murs et des cloisons, des toitures, en béton isolant, etc.

Thermocompressée, elle est disponible en panneaux et peut-être utilisée en parement décoratif pour les murs ou les faux plafonds.

Plus d’information :

Bale de petit épeautre de la Drôme : Archibale Isolation et l’association Bâtir en Balles.

D’autres initiatives glanées dans les territoires

Sud-Est : le Parc naturel régional du Lubéron

cedres_du_Luberon

Les cèdres du Luberon, bois d’œuvre local d’excellente qualité

Le développement de filières de production de matériaux écologiques, de la mise en oeuvre jusqu’à la formation professionnelle certifiée, est l’une des actions de développement menée par le Parc naturel régional du Luberon depuis plusieurs années.

Il propose quatre matériaux 100 % naturels produits sur le territoire du Parc naturel régional du Luberon :
– le chanvre, pour l’isolation : cultivé sans pesticides ni engrais chimiques, le chanvre n’appauvrit pas les sols.
Un hectare assure l’isolation thermique et phonique d’une habitation de 120 m2
– le cèdre et le cyprès du Luberon,  excellents bois d’œuvre, imputrescibles et durables
– la brique de terre crue, issue d’une ressource locale, peu gourmande en énergie, fabriquée et commercialisée par une association d’insertion
– les pailles de céréales et les pailles de lavande, pour le remplissage ( attention : les pailles de lavande ne peuvent pas être utilisées en l’état. Elles doivent être «préparées » pour pouvoir être utilisées comme isolant : séchage, criblage, dépoussiérage, ensachage).

Ces matériaux sont déjà mis en œuvre dans des bâtiments publics et privés sans difficulté, tant sur du point de vue règlementaire que technique.

Circuit-court = baisse des coûts

Des briques de terre crue 100 % territoire

Des briques de terre crue 100 % territoire

« C’est une production locale, brute, en circuit court, sans intermédiaire : cela permet de baisser les coûts afin que ces matériaux ne soient plus seulement réservés à une clientèle aisée . Peu transformés, ils nécessitent donc peu d’énergie pour leur production, tout en ayant les mêmes qualités qu’un produit industriel ! Une production conforme aux objectifs du Parc : préserver la biodiversité et valoriser le territoire, faire cohabiter en harmonie l’humain et les autres espèces, avec une agriculture respectueuse de l’environnement » avait résumé Philippe Chiffoleau, chargé de mission écodéveloppement et agroressources du Parc, lors d’un entretien avec le GME .

En savoir pluswww.parcduluberon.fr

 En Saône-et-Loire : paille, chanvre, colza et tournesol

La Communauté de communes Loches Développement s’est engagée dans la structuration d’une filière locale d’éco-construction. Le projet, qui mobilise entreprises agricoles et entreprises du bâtiment, se structure autour de la conception et la fabrication d’agromatériaux locaux, l’accompagnement des entreprises du bâtiment pour faire évoluer les méthodes de réhabilitation dans le respect des particularités constructives locales, ainsi que l’amélioration des bâtis publics et privés du territoire, en construction comme en rénovation.
Parmi les agro-matériaux identifiés : la paille et le chanvre, mais aussi le tournesol et le colza,  qui font l’objet d’études. La filière devrait être lancée en 2016.

ecotransfaire

 

Dans le Nord-Est : le pôle Ecotransfaire

Depuis 2012, EcoTransFaire développe un projet de développement d’écomatériaux locaux. Il  couvre un territoire transfrontalier qui comprend la Meurthe-et-Moselle, le sud de la province de Luxembourg en Belgique et le Grand-Duché de Luxembourg. Le projet entend stimuler l’emploi dans la région grâce au développement de l’écoconstruction et de l’écorénovation. L’un des axes stratégiques du projet est la création de nouvelles filières en circuit-court, à partir de l’identification des écomatériaux les plus prometteurs, notamment sur le plan économique mais aussi en tenant compte de leur potentiel de recyclage.

8 écomatériaux ont été retenus :  pour l’isolation thermique : laine de chanvre, la ouate de cellulose, la paille, les panneaux en fibres textiles recyclées, le béton de chanvre, la botte de paille; pour la structure du bâti : ciment écologique, béton recyclé et bois de construction.

Plus d’informationwww.ecotransfaire.eu 

 

 

 

Marie Fringand

Marie Fringand

Passionnée par l’écohabitat et toujours curieuse des nouvelles tendances, au service du développement durable.


Articles en relation

Antegrin : une antenne écolo, esthétique et made in France

Marre de votre antenne râteau disgracieuse ? Faites plaisir à votre toit et à votre portefeuille avec une antenne TV ultra-compacte,

La balle de riz, l’isolant économique

Matériau naturel, la balle de riz est l’isolant écologique qui gagne à être connu. Appréciée pour ses qualités isolantes remarquables et

Les designers à l’âge du faire

Design et artisanat redécouvrent l’art de travailler ensemble. C’est ce regain d’intérêt que le salon Maison & Objet de janvier

1 commentaire

Ecrire un commentaire
  1. Bibi 74
    Bibi 74 13 août, 2015, 12:57

    Il très important de savoir de quoi les matériaux que nous utilisons pour la construction de nos maisons sont composés. J’avoue que la paille, le chanvre, le bois, la pierre et la terre renforce le concept de maison écologique prôné par la RT 2012. Pour ma maison par exemple, j’ai opté pour l’utilisation de la brique isolante climamur, pour la construction de tous les murs. Une idée qui m’a été donnée par un professionnel et depuis, je n’ai pas de problème de chauffage. Utiliser les matériaux du terroir est une idée à encourager et à développer, pour une meilleure gestion de nos énergies naturelles.

    Reply this comment

Ecrire un commentaire

Votre email ne sera pas publié
Les champs obligatoires sont marqués*